jour 11 : de Ioannina à Kastraki

 

 Départ de Ioannina par une route que nous connaissons déja et qui nous fera grimper dans les montagnes. Jolie vue sur Ioannina (à droite) en partant vers Metsovo. Ensuite de très beaux paysages de montagne. ATTENTION : route dangereuse dans les montagnes : elle tourne beaucoup, vous roulerez à 30 ou 40 km/h de moyenne et pour peu que vous soyez derrière un poids lourd vous ne pourrez pas le doubler. Surtout ne faites pas comme certains conducteurs grecs qui doublent sans aucune visibilité en comptant sur le fait qu'il n'y aura personne en face. Nous verrons pas mal de comportements de ce genre qui sont vraiment irresponsables ; si vous êtes derrière un camion, patientez et admirez le paysage, il en vaut la peine. Nous arrivons à Metsovo où il n'y a quasiment pas de touristes à part nous. Le ciel est menaçant mais nous arriverons à nous promener dans le village qui est très agréable quand il n'est pas envahi et à faire un excellent repas dans une taverne sympathique, où le patron est ravi de me voir commander en grec, un touriste qui parle grec ! (enfin un peu , ligho ligho). A gauche une cabine téléphonique locale. Ensuite ce sera le déluge, des trombes d'eau s'abattent sur le village, un bel orage de montagne. Nous nous abriterons sous l'arrêt de bus en compagnie des habitants qui attendent le bus pour Ioannina. Une incroyable grand mère toute ronde attend pour envoyer des colis encombrants. Elle hurle après le conducteur qui ne veut pas se rapprocher ; enfin il voudra bien et c'est la ruée dans le bus en évitant les gouttes. Nous foncerons quant à nous vers la voiture pour repartir vers Kastraki.

Quelques kilomètres avant d'arriver à Kalambaka nous sommes arrêtés par la police, qui aura un comportement très "touristique". Le chef qui a vu que nous étions des touristes (autocollant de voiture de location sur le pare brise) m'interpelle : "ti kanete", "kala". Puis il démarre la conversation en anglais. Après que ses collèges aient vérifié pour la forme la validité de mon passeport (recherchaient-ils des terroristes ?) il me demande d'où nous venons, où nous allons et m'indique la route exacte pour Kastraki en arrivant à Kalambaka ; il demande même à ses collègues s'ils connaissent l'hôtel où nous allons (Doupiani house) mais ils ne connaissent pas (ils ont tort) ce qui n'est pas grave car nous nous souvenons de la route. Un comportement très sympathique ...

Le village de Kastraki est toujours aussi agréable et la vue magnifique. Le patron de la taverne Kosmiki a pris quelques cheveux blancs de plus mais il est toujours aussi sympathique. Nous y dinerons tous les soirs et la patronne nous offirira un petit dessert . La cigogne vue en 2000 est toujours là sur son poteau électrique près de l'église, mais ce premier soir sera arrosé et nous ne pourrons guère nous balader.

Deux mots sur Kalambaka. La ville est certes plus agitée et bruyante que Kastraki mais elle a quand même des côtés agréables, et nous prendrons l'habitude de nous installer à la terrasse d'un café de la place des taxis en face de l'arrêt des bus avec vue sur les pitons. Tout près en face de ce café une boutique où on trouve des journaux français. En cette saison et avec peu de touristes la ville est agréable. A signaler une patisserie extra en descendant vers Trikala. Le magasin de souvenirs du vieux dragueur est toujours là (à gauche en allant vers Trikala vers la fin de la ville).

Nous séjournerons à l'hôtel Doupiani House, où l'accueil est toujours très agréable. Le patron qui parle très bien anglais se montrera fort curieux de mon appareil numérique, ainsi que de celui d'un touriste allemand. Comme nous nous passons les photos des étapes précédentes sur la télé grand écran du salon, il se joindra à nous et nous montrera qu'il a voyagé car il connait pratiquement tous les sites photographiés. Les clients de l'hôtel viennent d'un peu partout : avec nous une américaine, des allemands, des hollandais et des français. Le patron nous dira que les touristes d'expression française sont les plus nombreux ; effet "routard"?

 

retour à l'itinéraire 2004