juin 2017 : Naxos

 

 Arrivée à Naxos sur le tout petit aéroport. Le tapis roulant pour les valises est minuscule, si vous ne prenez pas votre valise elle tombera par terre. Et la salle d'enregistrement est vite comble, même pour les petits avions à hélices utilisés. Nous avions retenu une voiture chez rental center (Fiat Panda pour 36 euros avec full insurance pas obligatoire) et nous avons eu un excellent accueil de Ilse qui parle parfaitement le français.

Naxos est une grande île qui a deux avantages : premièrement ses superbes plages de sable qui se succèdent sans interruption sur la côte au Sud de Chora, avec évidemment du monde mais de moins en moins quand on descend vers le sud. Deuxièmement : de superbes villages et points de vue dans la montagne à l'intérieur des terres. Si on veut s'éloiger de la côte, je recommande de louer une voiture plutôt qu'un scooter car les distances sont assez longues et ça monte parfois assez fort.

Premier séjour près de la plage St Georges à Chora à l'hôtel Galini (vu sur le GDR). Très bon choix car excellent accueil, bonne chambre au calme. La plage par contre est déjà (16 juin) bien remplie, les petits grecs sont en vacances. Pas beaucoup de monde dans l'eau, elle est encore assez fraîche, mais bien plus sur les transats. Bonne plage pour les petits enfants, le fond descend très lentement. A droite de l'hôtel une petite plage pour les nageurs et fréquentée surtout par les locaux (sans transat). Ci-dessosu le sphinx entre Chora et ST Georges (ainsi appelée à cause de la petite chapelle construite au dessus de la petite plage).

Beaucoup de restaurants et cafés le long du port de Chora jusqu'à l'arche de Palatia. Un joli port avec un petit quai pour le Skopelitis et un grand pour les autres bateaux; lorsqu'ils sont deux à être à quai simultanément (c'est le cas avec le gros ferry de Hellenic Seayways et le petit catamaran de seajet qu'on voit ci-dessous) celui-ci doit faire une manoeuvre très précise pour se ranger à côté du monstre. Le long du port je recommande la boutique MILKATO qui vend ... des glaces. On a en goûté plusieurs et elles sont toutes bonnes, de plus une serveuse parle français et se fait un plaisir d'essayer de nous parler. Parmi toutes les boutiques de Chora je signale la boutique de tee shirts "palatia shop", à côté du marchand de journaux, parce que le patron est très sympa.

Une spécialité culainaire de Chora qu'on peut trouver dans plusieurs restaurants (nous l'avons goûté à Meze Meze) : le gouna, gros maquereau ouvert en deux, séché au soleil puis grillé; servi avec des légumes vapeurs, c'est excellent et bien plus léger que la moussaka.

La promenade jusqu'à la fameuse arche vaut le coup. Sur le chemin des accès à la mer dont profitent les petits grecs.

     

Le quartier du Kastro est un grand atout de Chora; en effet ses ruelles sont souvent à l'ombre et on peut s'y promener même quand il fait grand soleil. Beaucoup de boutiques surtout en bas. Il peut y avoir du monde, mais nous avons réussi à toujours nous trouver dans des ruelles plus calmes. Tout en haut la cathédrale catholique (13ème siècle) et juste derrière une petite église orthodoxe où un vieux monsieur invite tous les passants à entrer pour la visiter (visite très courte évidemment).

 

     

Voyons les fameuses plages de la côt Ouest. Je crois que nulle part ailleurs en Grèce on ne trouve une telle succession de grandes plages de sable, raison de la forte fréquentation.

Comme je l'ai déja dit la première est St Georges, très fréquentée et très sure pour les enfants. Ensuite Agios Prokopios, très fréquentée elle aussi. Juste après Agia Anna où nous avons séjourné à Kalia studios. Excellent hôtel, très bon accueil d'un employé qui se met en 4 pour vous. Le petit déjeuner sera servi sur la terrasse face à la mer à l'heure demandée ! le luxe à pris raisonnable. L'après midi pas question d'aller sur la terrasse en plein soleil. Un point important : si vous profitez du coucher du soleil sur la terrasse, surtout fermez la porte fenêtre et n'allumez pas. Le premier soir nous l'avons fait; s'en est suivie une formidable bataille contre les moustiques, avec une vingtaine de morts chez les bestioles et pas une piqure pour nous, victoire totale. L'employé nous avait d'ailleurs prévenus. Donc les jours suivants avec porte fermée plus de problèmes. Ci-dessous vue de notre chambre, la plage est vraiment toute proche.

 

La plage d'Agia Anna est elle aussi très fréquentée avec moult parasols mais curieusement dans sa partie sud, devant notre hôtel elle est beaucoup plus calme. L'endroit le plus agréable est selon moi juste en dessous de la chapelle, en face de la plage principale; n'hésitez pas à y aller si vous voyez qu'il y a de la place. De ce côté également un peu d'ombre le matin donnée par quelques arbres, si vous arrivez de bonne heure elle sera pour vous. Au sud de la petite chapelle commence la plage de Plaka (très grande elle aussi) et à son extrémité nord, donc en dessous de la chapelle c'est le coin des naturistes. De cette petite chapelle très beau panorama sur la baie; plein de touristes qui prennent en photo ... eux mêmes !!! alors qu'il y a un paysage magnifique derrière. Je ne comprends pas la pratique du selfie devant un paysage magnifique, le narcissisme se développe dangereusement (avis personnel)

 

Ci-dessous une vue de l'extrémité nord de la plage d'agia anna, juste après commence celle d'agios Prokopios. Et tout le long de la plage des cafés, restos.

A Agia anna deux mots sur le restaurant Gorgona. A priori on peut craindre le pire car ça semble très touristique, menu avec des photos, beaucoup de monde tous les soirs mais c'est un très bon plan. L'accueil est certes très touristique mais c'est le même que vous soyez grec ou non, et c'est une sorte de rituel. Le patron assis à l'entrée repère immédiatement ceux qui sont déja venus et leur offre un verre de vin blanc; il trinque d'ailleurs toujours mais du bout des lèvres, sinon il aurait des problèmes de santé. La patronne vous accueille par des tonitruants " how arrrrrre you today", "what would you like to drrrrrink". Maîtresse femme, elle houspille les serveurs dont sa fille et son fils (reconnaissables à leur gabarit hérité de la mère. Nous en avons fait notre cantine lors de notre séjour à Agia anna et nous n'étions pas les seuls. Et le plaisir du coucher de soleil sur la terrasse (sans les moustiques d'ailleurs).

Après Plaka la plage de mikri vigla, séparée en deux par un promontoire rocheux. Ici, au moins en juin, on commence à voir moins de monde. Comme on peut le voir c'est une grande et belle plage; le secteur est beaucoup moins construit qu'au nord; si vous aimez être un peu plus tranquille il faut venir à partir d'ici.

 

 La route s'éloigne ensuite un peu de la mer et la rejoint vers Alykos. Un secteur connu si on en juge par les voitures garées en bordue de la forêt (beaucoup plus qu'à Pyrgaki pourtant plus proche de Chora), on risque de ne pas être seuls au bord de la mer. Pour gagner la plage il faut donc garer la voiture et continuer à pied. Comme il fait très chaud aujourd'hui nous décidons de ne pas aller vers ces criques, qui passent pour être agréables. Il y a aussi une énorme construction de béton inchevée qui est vraiment très moche.

Encore plus au sud une plage très curieuse, celle de Pyrgaki. A mon avis on a du aplanir une dune pour l'agrandir car comment imaginer une aussi belle étendue de sable auss plane, aussi bien étalée ? On voit en tout cas les traces des engins qui ont nettoyé la plage et on peut observer nos propres pas. Ce matin quasiment personne, même si des parasols sont prêts, on a eu de la place pour la baignade. Pour y aller on suit une piste en très bon état et sans danger pour la voiture. Le fond descend très lentement comme à St Georges.

     

Nous ne sommes pas descendus plus au sud mais pour ceux qui le voudraient il y a encore le secteur d'Agiassos, qui doit être tranquille.

Naxos c'est aussi des villages de montagnes et des paysages superbes à l'intérieur des terres. Comme il faisait très chaud nous avons limité les déplacements. Ainsi nous n'avons pas suivi la côté nord ouest, que nous avions déja vue. Par contre nous sommes allés jusqu'à Moutsouna sur la côte EST. En passant par l'intérieur, très beaux paysages vers Halki (là où on peut visiter la distilleris du Kitro), Filoti (village curieusement bâti sur le flanc d'une colline, puis Apiranthos. Voici une vue qu'on peut avoir en se garant au premier resto juste avant Apiranthos.

 

Après Apiranthos la route pour aller jusqu'à Moutsouna est en très bon état et on passe par des paysages désertiques, du roc et de la caillasse partout, on a l'impression d'aller au bout du monde. Et le bout du monde c'est Moutsouna où on a fièrement gardé les vestiges de l'exploitation des mines d'émeri (quai d'embarquement et funiculaire pour les bennes). Ce dimanche un peu plus de monde (?) à la terrasse du café où nous goûterons un jus d'orange bien mérité à 3 euros Quelques familles grecques se baladent et des enfants jouent sur la toute petit plage. On est très très loin de l'agitation de la côte ouest, si vous cherchez le calme il faut venir de ce côté.

   

Nous avons commencé à descendre la route vers le sud et Panormos. Au début quelques jolies criques proches de Moutsouna mais ensute la route s'éloigne de la côte et nous avons decidé de na pas pousser jusqu'à Panormos, il fait trop chaud et pour le moement le panoram n'a rien d'exceptionnel (jusqu'à psilli ammos). En résumé de ce côté quelques jolies criques pour les amateurs mais il faut y aller ! Et pas de grandes plages comme du côté ouest, qui est donc évidemment plus fréquenté.

Le trajet de Naxos à Amorgos se fera sur le Hellenic seayways high speed 4, énorme catamaran rapide, très confortable avec vent de force 4. Les billets ont ét achetés chez "passenger travel" petite boutique entre Zas travel et Naxos tours, employée très aimable. Pour ceux qui comme moi auraient le mal de mer, je recommande de prendre un gros bateau comme ce high speed plutôt qu'un seajet, beaucoup plus sensible à l'état de la mer. En plus dans le seajet on est assez serré, peu de place pour les jambes et interdiction de sortir sur le pont . 

 

Retour au menu juin 2017