6 au 13 septembre 2018 : au Lena Mary, Hydra, Spetses

 

 Nostalgie ... envie de revoir un coin que nous avions visité deux fois en 1999 et 2006, nous repartons pour une semaine au Lena Mary, hôtel club situé près d'Ermioni. Nous l'avions connu Nouvelles Frontières il est maintenant Lookea. Un club très agréable, que je déconseillerais aux petits enfants; en effet il faut trois heures d'autocar pour y arriver depuis l'aéroport. De plus la plage est faitre de gros galets qui font très mal aux pieds (y compris dans la mer) et le fond descend très vite; et pas de pateaugeoire pour les petits, deux belles piscines.

Nous avons loué une voiture à l'hôtel (très cher mais c'est normal) pour aller revoir Nauplie. A Nauplie évidemment une bonne glace à l'antica gelateria di Roma, notre glacier préféré et l'un des plus anciens et un repas au kastro karima qui a réopuvert après changement de propriètaire; l'ancien est maintenant en photo sur le menu, à côté d'un poème en français à la gloire du restaurant. Pas beaucoup de monde finalement en ce début septembre et c'est très bien. Ballade le long du port et dans les ruelles; le restaurant omorpho tavernaki est toujours rempli alors que son voisin à 20 mètres est vide comme à chacun de nos passages. Très agréable d se reposer daans un café en bord de mer face à l'uilôt Bourtzi comme par exemple à l' Akteion, mais les consommations sont très chères. Il faut compter une bonne heure de route entre le Lena Mary et Nauplie. Une visite en passat à Ermioni qui n'a pas changé. Toujours du charme pour cette petite ville, contrairement à Porto Heli qui n'est qu'une marina finalement.

L'hôtel propose une excursion vers Spetses et Hydra, que nous avions faite en 1999, le jour de l'clipse. Nous l'avons donc refaite avec un petit chngement. Pour gagner du temps on part en bus jusqu'à Porto Cheli, de là pour Spetses puis vers Hydra et retour vers Ermioni d'où on repart en bus pour l'hôtel.

Le port de Spetses n'est pas exceptionnel. La promenade dans les ruelles permet de voir au sol quelqes mosaïques de galets. On peut visiter le musée Boboulina, du nom de l'héroïnie de la guerre d'indépendance et tout à côté, en face d'un square avec une statue une vielle demeure qui se dégrde (voir en particulier sur le côté face au musée Bouboulina). C'est celle d'un bienfaiteur de l'île, dont j'ai malheureusement oublié le nom. Ayant fait fortune il est revenu sur son île et y a consacér sa fortune, en particulier en faisant planter 100 000 pins. La municipalité ets ingrate et laisse sa demeure se dégrader (statues égyptionnes à l'entrée car le bonhomme avait bourlingué). Le long de la mer un hôtel de luxe très ancien à l'aspect bizarre avec ses tourelles; on peut aller y prendre un café qui ne coûte qu'un ero de plus que dans un café quelconque. J'ai revu avec émotion le petit coin de plage où je m'étais baigné en août 1999 et les charettes tirées par des ânes sont toujours là à attendre les touristes. Vu également au détour d'une rue un exemple de l'action du gouverneement : un café/restaurant qui n'était pas en règle a été fermé administrativement et il y a maintenant un grand vide sur la terrasse. La spécialité du coin est l'amygdalota, confiserie à base d'amandes et une boutisue en particulier attire beaucoup e monde; il faut dire qu'il est inscrit sur sa devanture, goùtez d'abord, achetez ensuite; pas mal de gesn doivent se contenter de la première partie de la phrase. On voit un peu partout le drapeau de l'indépendance en plus du drapeau national.

Traversée pour Hydra, où l'entrée dans le port est superbe. On passe d'abord entre deux falaises avant d'arriver dans le port qui est très encombré. Le capitaine a du donner ses heures d'arrivée et départ et doit s'y tenir. Malheur à celui qui serait en retard pour l'heure du retour. Les ânes sont touours là (ils servent pour le transport) et pas de voiture à part celle des pompiers (à gauche du port) ou celle des secours. Beaucoup de monde malheureusement et encore ce n'est pas le week end. La belle Hydra est victime de son succès.

 

Retour au menu itinéraires