13 au 23 mai 2019 : Chios (et Athènes)

 

Envie de revoir Chios, car la première visite s'était faite sous la pluie en octobre 2006. Cette fois en mai la météo a été bonne. Hormis le 14 (temps couvert et gris toute la journée) et le 15 (couvert et gris avec quelques gouttes de pluie), le reste du temps très beau temps pas trop chaud, la météo annonce de 23 à 25 degrés

Un seul point de chute, l'hôtel Mouzaliko dans le Kampos (situé au calme près de la ville de Chios). Une adresse trouvée dans le guide du routard comme d'habitude (toujours très utile voire indispensable) que je recommande très fortement. Belle chambre rétro dans un bâtiment ancien restauré avec un magnifique jardin et surtout un accueil parfait de Suzie, quebecquoise mariée à Dimitri. Suzie est aux petits soins pour ses hôtes et ne sait que faire pour qu'ils aient un bons séjour. Quant à Dimitri, quand il ne s'occupe pas du jardin il cuisine. Il faut goûter les loukoumadhes qu'il propose au petit déjeuner. Bref allez-y sans hésiter mais en réservant car il y a peu de chambres. A notre départ Suzie nous offrira de l'huile d'olive et de la marmelade de son jardin ainsi que des gommes de mastic (Dimitri a des planatations de lentisque).

Sur les conseils de Suzie nous avons réservé une voiture chez Panagiotis Katsikadelis http://www.katsikadelis.com/en/ et nous en sommes très satisfait; skoda citygo certes pas toute jeune (80 000 kms) mais en excellent état pour 25 euros par jour (full insurance avec 800€ de franchise). Le patron est très aimable et prévenant; pour trouver l'hôtel il m'a proposé de le suivre dans le dédale du kampos, arrivés devant l'hôtel il a insisté pour prendre nos valises, appeler les hôteliers et ne nous a laissé qu'après être sur que tout allait bien. De même à la restitution, un type très bien et pas d'arnaque.

Voyage avec Aegean ou Olympic sans histoire.

Premier avantage de Chios en cette saison: il y a vraiment très peu de touristes. Bien souvent nous nous sommes retrouvés à deux sur une plage ou un site et jamais de foule, sauf bien sur dans la capitale, ville bruyante à la circulation infernale comme d'habitude. Voyons dans le détail les endroits visités.

 

La ville donc est très active et bruyante et de ce fait nous ne nous y sommes rendus qu'une seule fois un samedi. Un monde fou aux terrasses des cafés le long du port qui sont nombreux et un bruit ! une volière ou une basse cour. Dans la principale rue piétonne on prépare les élections, mais surtout les locales; des petites tables ou des kiosques avec uniquement de la pub pour Chios, rien pour les européennes. pour se garer si on arrive par le sud en longeant la mer on peut trouver de la place vers l'entrée sud du port. Ensuite il faut marcher un peu pour arriver au centre; mais en été reste t-il des places ?

Le quartier du kambos situé juste au sud est le meilleur endroit pour loger car très calme. un seul inconvénient, les routes sont très étroites, parfois de la place pour un véhicule et pas plus . Donc il est recommandé de klaxonner quand on arrive à un virage sans visibilité. La nuit c'est plus sur avec les phares. Pour trouver votre hôtel il est indispensable d'avoir un plan précis (comme celui que nous a donné Suzie) ou un GPS (et encore le GPS ignore la taille des rues et nous fait passer dans des endroits pas faciles). De grandes demeures rénovées ou pas (certaines tombent en ruines), de hauts murs d'enceinte et des vergers

En partant vers l'ouest un premier monastère Agios Markos. Il est souvent fermé et l'intérêt est de voir une superbe vue sur Chios et la mer. La route d'accès est très pentue et en assez mauvais état.

Ensuite Nea Moni (route d'accès très bonne). Une déception car le monastère est en réfection et l'église est quasiment inacessible; les ouvriers étaient occupés à restaurer les mosaïques. Depuis notre passage en 2006 des cellules ont été entièrement rénovées et les travaux semblent sans fin puisqu'ils étaient déja en cours en 2006. A l'entrée à gauche une chapelle avec un ossuaire rappelant le massacre commis en 1822.

Toujours vers l'ouest le village d'Avgonyma. Quand nous avons visité le village, pas un chat à part nous et les quelques grecs présents semblaient surpris de nous voir. La place centrale était bizarrement vide.

Non loin le village presque abandonné d'Anavatos. Seuls quelques maison en bas sont habitées. Ici aussi toujours des travaux de rénovation et le bâtiment le plus haut qui était ceinturé d'échafaudages en 2006 est maintenant terminé. Ballade dans les ruines seuls, très agréable.

 

Sur la côte ouest un peu au sud la plage de Lithi beach (Lithi lui même est un peu plus loin dans les hauteurs) qui était le seul coin un peu animé. Plage avec son lot de bars, un bel hôtel et des restos dont le 3 adelphia (3 frères) situé tout au bout que je recommande.

 

C'est pour moi la partie la plus intéressante. D'abord les villages du mastic, Pyrghi, Olymbi et Mesta de l'Est vers l'Ouest.

Pyrghi c'est le plus décoré, des maisons peintes (méthode chista) partout, y compris l'église et la poste. Des habitants sympas; des mamies en train de faire des bouquet de genets nous en offre avec le sourire et expliquent qu'il vient des montagnes et qu'on les appelle spartos. Très peu de touristes à part nous et la ballade dans les rues est agréable. Seul point animé la place centrale et ses cafés en particulier le dimanche. Une curiosité (voir deuxième photo ci-dessous) un supporter de Charlie qui manifeste son soutien.

Olymbi est le moins "beau" car les maisons sont restés plus souvent dans leur jus. Il faudrait le visiter en premier pour qu'il ne souffre pas de la comparaison; mais c'est peut être le plus authentique ? Le jour ou nous y sommes passés c'était le grand débrousaillage à l'extérieur ; des locaux munis de tee shirts spécifiques nettoyaient pour éviter de futurs incendies.

Mesta fait plus village fortifié : des ruelles étroites pour résister aux envahisseurs, un dédale où il fait bon se promener. L'été avec l'ombre on doit avoir un peu de fraîcheur. Le village a été entièrement rénové et semble presque trop neuf.

Le musée du mastic, tout près de Pyrghi. Il n'existait pas en 2006, situé dans un très beau site au milieu de nulle part un batiment moderne qui étonne. Il faut le visiter car il est très intéressant. La culture du mastic est très bien expliquée avec des vidéos bien faites (sous titrage en anglais assez rapide malheureusement), des photos anciennes ou des reconstitutions. L'histoire de l'île est également racontée avec animation vidéo; on voit bien que la culture du mastic est indissociable de l'histoire de l'île. A l'extérieur des plantations de lentisques.

Au sud de Pyrghi quelques unes des plus belles plages. D'abord le village d'Emborios, petit port sympathique.

 

Tout près les plages de galets noirs de mavra volia

et encore plus bas la superbe plage de Vroulidia, qui reste ma préfére, surtout quand comme ici elle est déserte.

Près d'Olymbi visite des grottes intéressante elle aussi, au moins dans nos conditions. La visite a lieu toutes les demi heure en compagnie d'un guide (en anglais ou grec); lors de notre arrivée personne, au point que j'ai du demander à quelqu'un si la visite était possible. Sortie de la visite précédente: 4 militaires en tenue et nous aurons droit à une visite guidée pour nous deux. Attention on descend et donc on remonte et la visite ne sera pas possible pour les personnes handicapées. La grotte était connue depuis longtemps grâce à un trou dans le sol, qui donne la clarté qu'on observe en bas mais elle n'a été explorée qu'à partir de 1985. Comme souvent on ne visite qu'une petite partie de la grottte, le reste est laissé dans son état naturel et préservé.

Dans le secteur à ne pas manquer la plage d'agia dinami. Près d'une église une petite plage avec, quand le soleil le permet, une eau turquoise (un peu comme en Céphalonie). Gros contraste de couleurs entre un jour gris et le plein soleil. Personne ici le premier jour et juste 4 grecs et nous le second. Compte tenu de la température de l'eau on se baigne jusqu'aux genoux mais un grec courageux s'en va nager.

En remontant vers le nord ouest le port de Mesta, Limenas; un port démesuré, pas très joli, mais un bon resto où on déjeune. Ensuite au nord un autre joli coin agia irini. Ce jour là nous étions seuls dans le village; le vent et le soleil offrait un miroitement de l'eau superbe.

De l'autre côté vers l'est des villages de bord de mer, quasi déserts en cette saison comme Komi près d'Emborios. Un resto avec un patron jovial ravi de voir des français qui nous offre ouzo et verres pour le boire à la maison.. Plus loin Katarraktis, agia fotini ou Karfas. C'est ici que nous dinerons tous les soirs dans une bonne taverne. Un site qui doit être très animé en été, plage, parasols et plein de cafés ou restaurants.

 

Vers l'ouest plusieurs plages et jolis coins de Elinda à Volissos. C'est le secteur de l'île où on voit le plus de genets en fleur. Il y en a partout de chaque côté de la route, c'est un spectacle magnifique

. Volissos est assez animé, sans doute parce que nous y arrivons au moment de la sortie de l'école.

Nous irons déjeuner près de la mer à Limnia où des chats surveillent des canards de mer.

Nous ne pousserons pas jusqu'à agio gala mais il parait que le secteur est à voir; si vous en avez le temps donnez nous votre avis.

A l'est le bord de mer au nord de Chios est très développé. Des zones qui concentrent le tourisme en été et la route qui va vers le nord en sortant de Daskalopetra est superbe avec des portions toutes neuves. Un petit port calme Pandoukios

un très joli coin Agios Isidoros avec la petite chapelle au bord de l'eau

et un village dont les restaurants sont envahis en ce samedi, Langada.

Nous n'avons pas été plus haut de ce côté mais nous y avions été en 2006 et nous savons que le secteur est assez désertique avec un paysage assez triste.

 

Et à Athènes ? Pas grand chose de nouveau. Mais on note l'arrivée des trotinettes électriques, qui bien entendu sont déposées n'importe où; ça va bientôt devenir un problème comme à Paris ? 

 

    

Retour au menu itinéraires