jour 11 : de Paros à Naxos

 

 Aujourd'hui départ pour Naxos avec un ferry "normal" (le blue star Paros) pour un coût de 5,8 euros. Le vent est violent et il ne fait pas chaud, mais il ne pleut pas. Beaucoup plus de monde au départ : les grecs voyagent à Pâques et pour la première fois nous faisons la queue à l'embarcadère. Pour la première fois également nous sommes dans un ferry bondé : beaucoup beaucoup de monde, tous les salons sont remplis, mais des chaises supplémentaires sont disposées un peu partout et tout le monde trouve un coin où s'assoir. En fait la plupart des voyageurs vont jusqu'au Pirée, et nous serons peu à descendre à Naxos.

Arrivée à Naxos (Chora) toujours sous un vent violent où le loueur m'attend (c'est encore SIXT, la même maison qu'à Paros). Nous aurons une petite Fiat Seicento avec toit ouvrant. Le loueur est très sympathique, il me donne son numéro de portable où je peux l'appeler 24h/24 ! Lorsque je lui demande comment faire pour rendre la voiture et les clés, car nous repartirons très tôt de l'aéroport, il me dit d'y laisser la voiture et de mettre les clefs "sous le tapis" la seule expression en français qu'il emploiera. La police du port donne du sifflet à roulette pour orchestrer la manoeuvre entre ceux qui descendent et ceux qui montent.

Nous gagnons notre hôtel : le Glaros qui est situé sur la place d'Aghios Giorgios, où nous avons un excellent accueil de la part d'Alex. Il propose de nous expliquer où aller voir les principales curiosités, nous indiquera le restaurant où il va de temps en temps avec ses amis (IRINI'S). Ci-dessous à droite une vue prise depuis le balcon de la chambre

.

CHORA

  La ville principale de Naxos (CHORA) présente un port bien aménagé où transitent beaucoup de ferries, avec pas mal de restaurants ou bars le long de celui-ci (attention circulation automobile en sens unique de la plage d'Aghios Giorgios vers le terminus des autobus et la Portaria). La fameuse Portaria est une arche située au bout d'une jetée battue par les vagues les jours de mauvais temps ; il parait que le grand chic est de photographier le coucher de soleil à travers elle, mais pendant notre séjour les vagues interdiront la plupart du temps de l'approcher ! Meilleure chance aux autres. A gauche une photo prise depuis le Kastro.

Le quartier le plus intéressant est celui du Kastro, labyrinthe de ruelles dans la partie la plus haute de la ville vers la droite du port en regardant la mer. On peut passer beaucoup de temps à y circuler (quartier très peu fréquenté lors de notre passage mais en été cela doit être différent) ; de beaux points de vue, de vieilles demeures, quelques hotels, épiceries ... Un musée archéologique intéressant à visiter pour qui aime les statuettes caractéristiques de l'art cycladique (cf musée des arts cycladiques d'Athènes). Lors de notre passage nous étions seuls, ensuite rejoints par un couple de français, et une seule surveillante qui devait bien s'embéter. Peu de moyens pour ce musée : plancher en bois grinçant et craquant, vitrines assez anciennes, mais pas mal de choses à voir y compris des objets de l'époque romaine ; un regret : très peu d'explications même en grec ; il est situé en haut du quartier du Kastro. Dans le même quartier une église catholique dans laquelle mon épouse a fait une rencontre émouvante. Alors qu'elle visitait cette petite église, une dame d' âge mur s'est approchée d'elle et lui a parlé longuement en français. Elle est grecque, née d'un père orthodoxe et d'une mère catholique ; devenue très tôt orpheline sans famille elle s'est retrouvée sans personne pour l'élever et seules des soeurs françaises d'un ordre catholique ont bien voulu l'élever, l'église orthodoxe l'ayant "laissée tomber". Depuis, par reconnaissance envers ces soeurs elle anime la visite de l'église et sollicite des dons par l'achat de cartes postales. Son avis sur l'église orthodoxe : "ce sont des milliardaires", alors que l'église catholique est très pauvre. Alors si vous allez visiter cette église, donnez votre petite obole à cette dame sympathique quelles que soient vos convictions religieuses, elle le mérite bien. On remarquera à côté de l"église catholique une muraille construite un peu à la manière du castro de Parkia à Paros, avec des matériaux récupérés un peu partout. Egalement dans ce quartier l'église principale orthodoxe. Plusieurs hôtels dans ce quartier mais pensez au faut que vous devrez porter vos valises à pied dans des ruelles qui montent parfois sérieusement ; nous avons croisé des touristes fatigués ! pas mal de boutiques pour touristes évidemment, dont une bijouterie où vous trouverez un nombre incroyable d'articles (le patron a encore sa liste de prix en drachmes qu'il convertit en euros).

Dans la rue Papavassiliou qui descend vers le port nous admirons l'art des conducteurs grecs pour se garer n'importe où, n'importe comment sans se préoccuper des autres. Sur le port la police prévient à l'aide d'un sifflet avant de mettre les contraventions aux automobilistes mal stationnés ! à exporter en France ? Un grec qui vient d'en recevoir une se met en colère et commence à eng... l'agent sans réaction de la part de celui-ci.

 

  

retour à l'itinéraire cyclades