le nord de Samos de Vathy à Karlovassi en avril 2009

 

Cette fois nous allons partir de Vathy vers l'ouest en suivant la côte nord. On prend la direction de Kokkari qui sera notre premier arrêt. Ce 24 avril peu de monde dans ce village bien aménagé pour les touristes; quelques rares cafés (3) sont déja ouverts et le jus d'orange est à 3,50 euros. Le vent est fort ce matin mais il y a un soleil très présent et sur le fauteuil confortable du café on reste un moment à ... ne rien faire. Il y a des plages de gros galets de chaque côté du port.


Ensuite plusieurs petites plages se succèdent Lemonakia, Tsambou, Avlakia. Nous faisons un arrêt à celle de Tsamadou. On se gare le long de la route et il faut descendre à pied un escalier et un chemin jusqu'à la plage. C'est une plage de galets, assez agréable et un bulldozer est en train de l'aménager en déplaçant des montagnes de galets. Touristes d'été vous aurez une plage refaite à neuf.

   

Après Avalkia une route monte jusqu'au village de Vourliotes à l'intérieur des terres. N'hésitez pas à l'emprunter car le village et son environnement sont intéressants. Vourliotes est resté assez traditionnel et ne s'est pas développé comme Manolates (voir plus loin). A l'entrée du village une vue magnifique sur Kokkari et la baie de Vathy et sur la campagne où les grecs sont fort occupés aux travaux des champs. Le village de Vourliotes offre pas mal de ruelles qui serpentent et où on peut se perdre agréablement. Un chemin mène à Manolatés, il passe près du cimetière. A ce propos si vous regardez les tombes vous verrez qu'on vit vieux à Vourliotes, les morts récents étaient très âgés.


Si on reprend la route côtière encore quelques plages et une nouvelle route qui mène à Manolatés. On appelle cette route la vallée des rossignols et elle est très agréable : dans la première moitié on y entend effectivement beaucoup d'oiseaux et les abords sont très boisés. De l'eau dévale du côté gauche de la route pour former un petit torrent et au deuxième café/restaurant l'eau traverse même la route en passant de la droite vers la gauche. ça m'a un peu rappelé le Pélion avec ses sources et l'eau qui dévale.

Malheureusement dans cette vallée des rossignols j'ai encore trouvé la trace de la bétise et de l'inconscience de certains grecs. En effet à quelques mètres du torrent on peut voir déposé là par un salopard un superbe ... lave linge en train de pourrir et de rouiller ! Ce n'est hélas pas la première fois que je constate ce genre de décharge sauvage dans des lieux superbes.

 

La route qui mène à Manolatés monte ensuite et s'arrête sur un parking aménagé. Manolatés est peut être en train de devenir un petit Metsovo (nord de la Grèce) : des restaurants, des ateliers, brocantes ... tout pour les touristes grecs ou autres. Le village est agréable à visiter (paysages superbes) mais on sent qu'il est déja moins authentique que Vourliotes; je fais le pronostic que dans quelques années ce sera un village entièremetn tourné vers le tourisme avec sans doute quelques conséquences néfastes. En attendant vous pouvez quand même aller le visiter, d'autant que la route qui y méne est très agréable; on peut aussi y monter à pied et même en été grâce aux arbres nombreux ce doit être faisable.

 

En suivant la côte on arrive à Agios Konstantinos village de bord de mer agréable où nous nous arrêtons pour manger; un seul restaurant ouvert alors que beaucoup de cafés et restaurants attendront le client en été.

Au bout de la côte on arrive à Karlovassi; cette ville ne nous a pas plu du tout et pour tout dire on s'y est à peine arrêtés pour reprendre la route vers le sud et Marathokambos. Je ne sais pas pourquoi ? Parce que la ville est assez grande et que la baie n'est pas très belle ? Parce que nous avions vu beaucoup de belles choses auparavant ? Vous aurez peut être un avis contraire. De ce fait nous n'avons pas été à la plage de Potami qui est d'après m'sieur Toubis une des plus belles de Samos. Il faut dire que dans tous les guides des éditions Toubis toutes les plages sont indiquées comme "l'une des plus belles de l'ile" histoire sans doute de n'avoir d'ennui avec personne. Pas très objectif monsieur Toubis et en tout cas très prudent.

 

 

 

retour à Samos